mon-dentiste.ch

FAQ - questions fréquemment posées

Où s'adresser en cas d'urgence, pendant les week-ends ou les vacances ? Que faire en cas de traumatisme dentaire ? Qu'est-ce que l'orthodontie ? Qu'est-ce que la parodontite ?
Les implants dentaires, toutes les informations.
Soins dentaires trop chers en Suisse ? Les cliniques dentaires à bas coût, que faut-il savoir ? Les traitements dentaires low-cost à l'étranger, qu'en est-il exactement ? Pourquoi consulter un dentiste membre de la SSO ?

FAQ - questions fréquemment posées

où s'adresser en cas d'urgence, pendant les week-ends ou les vacances ?

Fribourg et alentours

0848 14 14 14

Sud fribourgeois

026 919 35 30

Genève

AMDG

Jura

urgences de médecine dentaire de la Société jurassienne des médecins dentistes : 032 466 34 34

Jura bernois

urgences dentaires SSO de Bienne et environs : 0900 903 903 (fr 1.95/min. depuis le réseau fixe)

Neuchâtel

urgences : 0848 134 134

Valais

dentiste de garde : 0900 558 143 (fr 0.50 appel + fr 1.00/min. depuis le réseau fixe)

Valais

région sédunoise : 079 520 11 22 de 08h00 à 20h00

Haut-Valais

dentiste de garde : 027 924 15 88

Vaud

permanence dentaire de la Société vaudoise des médecins-dentistes SVMD : 0848 133 133

j'ai mal, que faire ? En cas de traitement dentaire récent

obturation ou couronne sur dent vivante

douleur en constante augmentation, sentiment de "dent trop longue" - une pulpite aigue peut être suspectée. Consulter en urgence. Seul un traitement chez un dentiste est efficace. Un AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien - aspirine, ibuprofène, autre) peut apporter un petit soulagement pendant 2 à 3 heures.

traitement de racine

douleur persistante et qui tend à augmenter pendant plus de 48 heures - possibilité d'abcès ou réaction aux produits utilisés pendant le traitement. Un AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien - aspirine, ibuprofène, autre) peut calmer la douleur; s'il n'apporte qu'un petit soulagement, consulter rapidement le médecin-dentiste.

extraction dentaire

douleur en augmentation à partir du 3e jour après l'extraction - une infection de l'alvéole (alvéolite) peut être suspectée. Faire des irrigations de l'alvéole avec de l'eau oxygénée ou de la chlorhexidine associées à des anti-inflammatoires. S'il y a déjà une couverture antibiotique, consulter immédiatement le médecin-dentiste ou le médecin. S'il n'y a pas d'amélioration dans les 12 heures, consulter immédiatement.

intervention parodontale (chirurgie ou curetage)

Douleur en augmentation à partir du 2e ou 3e jour: une surinfection peut être suspectée. Des rinçages antiseptiques et des anti-inflammatoires peuvent soulager. Malgré la douleur, il est impératif de s'astreindre aux recommandations d'hygiène prescrites par le médecin-dentiste. Utiliser une brosse à dents très douce. Sans amélioration dans les 12 heures, consulter le médecin-dentiste.

traitement orthodontique (activation de l'appareil fixe ou amovible)

en cas d'appareil fixe: une douleur pendant les 36 heures après l'activation est relativement normale. Prendre un AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien - aspirine, ibuprofène, autre). En cas d'appareillage amovible: vérifier qu'il n'y a pas eu une activation exagérée. Si oui revenir en arrière, si non consulter le médecin-dentiste et renoncer éventuellement au port de l'appareil le temps de consulter.

douleurs au niveau de la muqueuse suite à des traitements dentaires

dans la cavité buccale - il s'agit principalement de blessures ou d'ulcérations de type aphtes. Elles peuvent être soulagées par des produits anesthésiants topiques ou des pansements muqueux. Au bord des lèvres - douleurs dues à l'étirement. Une crème grasse pour les lèvres peut apporter un soulagement.

source : Pharmactuel no 4, vol. XVI, 2000

j'ai mal, que faire ? En l'absence de consultation dentaire récente

douleur de faible intensité sur les dents

plutôt au froid et de courte durée. Névralgie - prendre un AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien - aspirine, ibuprofène, autre) et consulter le médecin-dentiste. Premier symptôme de carie ou obturation défectueuse - consulter le médecin-dentiste. Sensibilité de collet - améliorer I'hygiène au niveau du collet, appliquer des produits spécifiques (fluor, oxalate de potassium), éviter les produits acides.

douleur faible à moyenne lors de consommation d'aliments sucrés

persistant quelques secondes. Carie pénétrante - consulter le médecin-dentiste. Obturation défectueuse - consulter le médecin-dentiste. Sensibilité de collet - améliorer I'hygiène au niveau du collet, appliquer des produits spécifiques (fluor, oxalate de potassium), éviter les produits acides.

douleur au chaud de courte durée

pulpite - prendre un AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien - aspirine, ibuprofène, autre) et consulter rapidement le médecin-dentiste. Carie - prendre un AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien - aspirine, ibuprofène, autre) et consulter le médecin-dentiste. Sensibilité de collet - améliorer I'hygiène au niveau du collet, appliquer des produits spécifiques (fluor, oxalate de potassium), éviter les produits acides.

douleur sur toutes les dents

gingivites (femmes enceintes ou patients jeunes et stressés) - améliorer l'hygiène mécanique, faire des bains de bouche antiseptiques et consulter le médecin-dentiste. Un contrôle dentaire pendant la grossesse et après l'accouchement est recommandé. Problème d'occlusion (bruxisme), surtout si les douleurs se manifestent au réveil avec sensation de crispation de la mâchoire - relaxation et si le problème persiste consulter le médecin-dentiste. Si la douleur n'est présente que sur les molaires de l'arcade du haut, on peut suspecter une sinusite.

douleur à la pression sur une ou deux dents

trauma occlusal surtout si deux dents antagonistes (dents qui sont en contact quand la mâchoire est serrée) sont en cause - prendre un AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien - aspirine, ibuprofène, autre) et consulter le médecin-dentiste. Affection inflammatoire à l'apex d'une dent (extrêmité de la racine) ou problème sous une obturatio - prendre un AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien - aspirine, ibuprofène, autre) et consulter le médecin-dentiste.

douleur vive, qui tape

soulagée à la pression verticale, augmentée à la pression latérale, située à mi-hauteur sur la gencive, présence ou non d'un œdème facial (enflure). Abcès parodontal (d'autant plus s'il y a un passé parodontal) - bains de bouche avec chlorhexidine, essayer de faire pénétrer la solution dans la poche. Consulter rapidement le médecin-dentiste. Soulager avec des AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien - aspirine, ibuprofène, autre) et consulter le médecin-dentiste.

douleur vive, qui tape

augmentée à la pression verticale et latérale, sentiment de dent qui bouge (bruit de pompe). Fracture de racine suspectée - consulter rapidement.

douleur vive et fulgurante

pulsatile (qui "bat" comme le pouls) et augmentée en se couchant, exacerbée à la pression verticale, sentiment de "dent trop longue", présence ou non d'un œdème facial (enflure). Pulpite aiguë avec ou sans abcès dentaire (pulpaire) - prendre un AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien - aspirine, ibuprofène, autre), malheureusement peu efficace. Consulter le médecin-dentiste en urgence.

douleur lancinante à l'arrière d'une arcade sourcilière

eventuelle difficulté pour ouvrir la bouche (trismus), présence ou non d'un œdème facial (enflure). Accident d'éruption d'une dent de sagesse (en général par manque de place) - des bains de bouche avec chlorhexidine et des AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien - aspirine, ibuprofène, autre) peuvent soulager la douleur. Même si les douleurs disparaissent, consulter un médecin-dentiste, car une extraction à froid a moins de suites opératoires désagréables.

douleurs de muqueuses

si la lésion persiste pendant plus de 2 à 3 semaines, consulter rapidement un médecin ou un médecin-dentiste! En cas de lésions récidivantes, durables et qui saignent facilement, consulter un spécialiste des muqueuses buccales (stomatologue, dermatologue, ORL, maxillo-facial, parodontologue, médecin-dentiste).

douleur vive

aphte, brûlure, ulcération - appliquer un anesthésique local et pratiquer une bonne hygiène buccale malgré le handicap lié à la douleur.

douleur diffuse

gingivite, candidose (selon médicaments associés et/ou maladie systémique) - procéder à des rinçages désinfectants (chlorhexidine, bicarbonate) et si la douleur persiste consulter rapidement.

douleurs dues à un accessoire interdentaire

par exemple fil ou bâtonnet coincé dans un espace - essayer d'extraire délicatement l'accessoire, procéder à un rinçage antiseptique.

source: Pharmactuel no 4, vol. XVI, 2000

que faire en cas de traumatisme dentaire ?
qu'est-ce que l'orthodontie ?

L’orthopédie dento-faciale ou orthodontie est la discipline de la médecine dentaire consacrée au dépistage et à la correction des anomalies dans la position des dents et des mâchoires.

Le praticien généraliste ou le médecin-dentiste scolaire sont en règle générale en mesure de traiter les malpositions simples. Il faut en revanche s’adresser à un spécialiste en orthodontie lorsque les cas sont plus compliqués.

qu'est-ce que la parodontite ?
les implants dentaires, toutes les informations

"Implantologue agréé" est une appellation fantaisiste.
Le seul titre officiel existant et reconnu en Suisse dans le domaine de l'Implantologie orale est :

"Certificat SSO de formation postgrade en Implantologie orale".

soins dentaires trop chers en Suisse ?

C'est ce qu'il fallait démontrer à tout prix dans l'émission 36.9 de la RTS et les téléspectateurs du mercredi 9 janvier 2013 en ont été pour leur frais. Une vraie démonstration de journalisme "low cost - low quality".


Vouloir placer la santé sur un plan exclusivement économique est un exercice délicat, voire impossible. A l’heure où la mobilité explose, facile de trouver moins cher ailleurs ! Il suffit pour cela d’oublier le niveau de vie moyen de l’endroit dans lequel on se rend, de renoncer à faire le bilan écologique de son déplacement et de s’asseoir sur un système de santé parmi les plus performants du monde.


Les médecins-dentistes suisses, à travers leur association professionnelle, n’ont attendu ni l’Etat, ni les assurances pour mettre en place une prophylaxie dont l’efficacité reste inégalée dans le domaine de la santé (90 pourcent de réduction du nombre de caries entre 1964 et 2006). D’autre part, ils ont constamment fait progresser la qualité des soins, entre autres au prix d’une formation continue coûteuse de 80 heures par année, au point de faire de notre pays une référence internationale de médecine-dentaire de haut niveau. C’est d’ailleurs encore en Suisse que se fabriquent des implants et du matériel de soin utilisés partout dans le monde…. tout cela n’est pas un hasard ! A côté de cela, le «standard européen» auquel il est fait allusion dans l’émission est un illustre inconnu…


Malheureusement, l’excellence a un prix et il est vrai qu’en période de crise économique, il est plus difficile pour une partie de la population d’accéder aux soins. Je pense pouvoir dire qu’aucun de mes collègues ne nie cette réalité et que nous faisons tous de notre mieux pour proposer des alternatives de soins moins onéreux lorsque cela est possible. Le code d’éthique et de déontologie de notre association faîtière, la SSO, va dans ce sens. Nous menons par ailleurs, à nos frais, des actions de prophylaxie tels que les bons pour un contrôle et deux radiographies à 20.- chez les adolescents.


Je suis persuadé que la meilleure solution pour préserver un bon accès aux soins repose sur une ventilation élargie d’aides sociales ponctuelles, plutôt que par le passage à une assurance obligatoire pour les soins dentaires. Qui paiera les employés d’assurances dédiés à la gestion des dossiers dentaires ? Avons-nous besoin de répéter, avec des années de retard, les erreurs de choix qui ont été faites chez nos voisins européens ? Il est clairement établi qu’une telle assurance aboutit à une surconsommation et à une baisse de la qualité des soins, ainsi qu’à une quasi-disparition des efforts de prophylaxie.


Alors, si vous êtes dans une situation financière difficile en ce moment et avez besoin de soins dentaires, adressez-vous à un médecin-dentiste SSO. Il connaît bien le tissu des assurances et des aides sociales et se fera un devoir de répondre à votre problème par une solution raisonnable et adéquate. En tant que praticien indépendant, il n’a pas à fournir un volume de prestations défini aux actionnaires de ses employeurs !



Dr Bertrand Dubrez, Président de la SVMD

Réaction du Dr Etienne Barras sur le même sujet

les cliniques dentaires à bas coût, que faut-il savoir ?
les traitements dentaires low-cost à l'étranger, qu'en est-il exactement ?
pourquoi consulter un dentiste membre de la SSO ?

Tout membre de la Société suisse des médecins-dentistes SSO s'engage à respecter les règles énoncées ci-dessous dans l'intérêt de ses patients:


La santé bucco-dentaire des patients est sa préoccupation principale.


Afin de maintenir en permanence ses connaissances et ses compétences professionnelles à jour, il s'engage à effectuer chaque année plus de 80 heures de formation continue.


Il adapte les soins aux besoins individuels de ses patients et répond personnellement de ses prestations.


Il informe ses patients sur les différentes possibilités de traitement et sur leurs coûts respectifs.


Les factures d'honoraires qu'il envoie à ses patients sont détaillées et claires.


En cas de litige, il accepte de se soumettre à une procédure devant la Commission d'expertise médico-dentaire.